12
LA NOUVELLE ÉDITION | Décembre 2012
Adopté au conseil municipal le 24
septembre dernier, le Programme par-
ticulier d’urbanisme (PPU) Pôle du
Quartier latin est sans conteste l’un
des projets les plus ambitieux de l’ar-
rondissement Ville-Marie, pour ne pas
dire de la métropole. Ce projet, lancé
pas l’ancienmaire Gérald Tremblay est
maintenant sur les rails et représente
le résultat d’une volonté forte de la
part des élus. Le 16 octobre, l'Office de
consultation publique de Montréal
(
OCPM) a tenu une consultation sur ce
projet de PPU.
Vivre, apprendre, créer, se divertir
Une devise qui, en quelques mots, traduit
l’ambition de ce programme qui trouve
également sa place parmi les grandes réali-
sations en vue du 375ème anniversaire de
la création de la ville. Depuis l’inaugura-
tion de la place des Festivals en 2009, le
Quartier des spectacles est un lieu de ras-
semblement privilégié des citoyens, voire le
lieu par excellence de l’expression de l’iden-
tité montréalaise. Des projets ambitieux y
ont été réalisés, d’autres émergent. Porté
par une programmation d’animation
continue et audacieuse, le Quartier des
spectacles profite d’un achalandage de 2
millions de festivaliers pour chacun des
grands événements que sont le Festival
International de Jazz, le festival Juste pour
rire, les FrancoFolies et le Parcours lumière,
qui contribuent tous de façon importante
au rayonnement international de Mont-
réal. En 2004, à l’instigation de la Ville, le
Partenariat du Quartier des spectacles a
élaboré une vision pour ce quartier : vivre,
créer et se divertir.
Avec les 14 millions d’usagers qui ont fran-
chi ses portes depuis 2005, la Grande
Bibliothèque est, selon ses estimations, la
plus fréquentée de la francophonie.
L’UQAM, qui compte 40 000 étudiants et
35
départements et écoles répartis sur deux
campus urbains, ainsi que le cégep duVieux
Montréal et ses 6 000 étudiants comman-
dent l’ajout de cette composante à la vision
initiale. À ces institutions se greffent
d’autres joueurs importants dans la forma-
tion et l’apprentissage, comme la Société
des arts technologiques, l’Institut national
de l’image et du son (INIS) et LeVivier dans
l’ancienne bibliothèque Saint-Sulpice.
Des retombées économiques importantes
Si le projet n’est pas encore concrétisé, les
prochaines années devraient voir émerger
ce qui pourrait offrir à l’arrondissement
Ville-Marie des retombées économiques de
grande envergure. Le pôle devrait générer
une amplification d’achalandage grâce à
une volonté de faire du Quartier latin une
destination unique et un lieu emblématique
de la culture et du savoir. Parmi les nom-
breux chantiers qui seront mis enœuvre, on
note le réaménagement des grandes artères
du quartier pour en faire une expérience
urbaine exceptionnelle, agréable et sécuri-
taire en plein cœur du centre-ville. On parle
même de créer une nouvelle façon de vivre,
de travailler et de visiter le Quartier Latin.
L’avenir du Quartier latin passe donc par la
revitalisation des grandes artères commer-
ciales que sont le boulevard Saint-Laurent,
la rue Sainte-Catherine et la rue Saint-
Denis. Pour assurer le positionnement de
ces axes essentiels, l’offre commerciale forte
et diversifiée animera de jour comme de
nuit le quartier. L’arrivée de nouveaux rési-
dants qui constitueront une nouvelle clien-
tèle permettra de raviver la structure com-
merciale, dont celle des rues Ontario et
Saint-Hubert. Elle assurera aussi la qualité
de vie des travailleurs et des étudiants et
améliorera l’attractivité du secteur pour
plusieurs employeurs.
La présence de nombreux joueurs clés de
l’économie de demain et de l’économie du
savoir positionne le quartier comme pôle
d’attraction pour d’autres employeurs
potentiels dans ces domaines. L’accès à une
main-d’œuvre de jeunes entrepreneurs
talentueux, la proximité avec les clients
stratégiques, le faible coût de location des
bureaux et le mode de vie résolument
urbain sont, selon les études menées et
dévoilées dans le PPU, des atouts indé-
niables pour en faire un quartier recherché.
L’avenir nous dira si ces précisions sont
exactes. Mais une chose est sure : l’arrondis-
sement Ville-Marie a tout à gagner dans ce
projet d’avenir.
Point de mire sur le quartier
des spectacles