3
LA NOUVELLE ÉDITION | Janvier 2013
Par tradition, le lancement des activités
du port de Montréal est salué chaque
année depuis 174 ans par la remise de
la canne à pommeau d’or au capitaine
du premier navire de l’année entrant
dans le complexe portuaire de la
métropole.
Cette année, c’est Deepinder Singh, capitai-
ne de nationalité indienne commandant le
Mississauga Express, un porte-conteneurs
battant pavillon des Bermudes et parti de
Lisbonne (Portugal) le 24 décembre 2012
qui s’est vu honoré par Sylvie Vachon, prési-
dente directrice générale de l’administration
portuaire de Montréal. Pour l’occasion, de
nombreuses personnalités furent invitées à
rendre le traditionnel hommage dans la
grande salle Dominic J. Taddeo, célèbre pour
sa maquette impressionnante des installa-
tions portuaires.
Le port garde le cap
Lors de son allocution, SylvieVachon n’a pas
manqué de faire remarquer que les activités
du port dépendent directement de l’am-
biance économique mondiale. La Canne à
pommeau d’or est le symbole des échanges
entre la métropole et les marchés européens
et ce sont justement les marchés européens
qui inquiètent le plus les milieux écono-
miques. Pourtant, contre vents et marais,
c’est avec une grande satisfaction que Sylvie
Vachon a annoncé à l’assemblée et aux
médias un résultat plus que satisfaisant : « Je
ne vous apprends rien en vous disant que
nous traversons une crise économique
importante. Malgré le contexte économique
mondial difficile, le port a quand même
réussi à maintenir son tonnage de cargo
manutentionné à 28.4 millions de tonnes
selon nos estimations préliminaires compa-
rativement à 28.5millions de tonnes en 2011
qui était notre année record ».
Le port : une histoire humaine
S’il est encore un peu tôt pour dresser un
bilan exhaustif des activités de l’année
2012,
la remise de la Canne au pommeau
d’or est l’occasion de saluer l’ensemble des
acteurs qui, tout au long de l’année, partici-
pent d’une manière ou d’une autre au suc-
cès et à la mise en œuvre du bon fonction-
nement des activités portuaires et de la
navigation sur le Saint-Laurent. Ainsi, cette
année, c’est la maison des marins qui a été
mise en avant pour son 50ème anniversai-
re. « Cet endroit accueille les marins étran-
gers qui font escale à Montréal et recrée
pour les exilés une atmosphère familiale,
chaleureuse et accueillante. C’est un refuge
qui fait toute la différence dans la vie des
marins séparés des leurs pendant de
longues semaines ». Pour souligner cet
anniversaire et en reconnaissance du carac-
tère profondément humain que confère la
Maison des marins au séjour des marins de
passage à Montréal, le port a fait faire des
tuques dont 1 300 ont été distribuées aux
marins qui l’ont visité pendant le mois de
décembre. Par ailleurs, plus de 800 de ces
tuques ont été achetées par des partenaires
du port et les plus de 3 000 $ de profits ont
été entièrement reversés à la Maison des
marins.
En route vers la 175
ème
2012
aura donc été un bon cru pour le Port
de Montréal, malgré un ralentissement
économique marqué. Les regards se tour-
nent déjà vers la nouvelle année qui débute.
Les installations portuaires bénéficient de
tous les atouts pour franchir cette tempête
mondiale, un peu à l’image du Mississauga
Express qui a affronté lors de sa traversée
menant en terre montréalaise, une belle
tempête. Mais avec un bon capitaine, com-
me Deepinder Singh aux commandes, le
navire est arrivé à bon port. L’administra-
tion portuaire, quant à elle a une capitaine
de choix à la barre en la personne de sa pré-
sidente directrice générale, Sylvie Vachon
qui gère avec succès un équipage de plu-
sieurs centaines d’employés tout plus moti-
vés et plus fiers les uns que les autres.
Le prochain rendez-vous pour l’année
prochaine s’annonce d’ores et déjà excep-
tionnel puisque sera remise la symbolique
175
ème
Canne au pommeau d’or. Et com-
me le dit si bien Sylvie Vachon : « Au-delà
de l’économie, en prenant un peu de recul,
il est facile de constater que le port de
Montréal imprime sa saveur à sa ville bien
au-delà de sa fonction strictement écono-
mique. Un port frappe l’imaginaire, il
suscite le goût d’aller voir ailleurs, il ouvre
les ports vers l’étranger, il élargit les hori-
zons, bref, il donne envie de s’ouvrir au
monde ».
Jean-Claude Bataille
Port de Montréal
Lancement des activités 2013
Sylvie Vachon et Deepinder Singh
COMMUNICATION
Développer de nouveaux partenariats d’affaires et
trouver des clients potentiels est au cœur du déve-
loppement de votre entreprise. Mais comment faire
pour amorcer une approche et susciter l’intérêt de
votre interlocuteur? C’est simple, il suffit de préparer
son
Elevator Pitch
.
L’
Elevator Pitch
est un court texte de 30 à 60 secondes
qui vous présente et que vous utilisez lors d’activités
de réseautage ou d’appels téléphoniques. Il importe
de prendre le temps de bien préparer cette présenta-
tion, de l’apprendre et de la répéter autant de fois
que nécessaire pour pouvoir vous présenter avec
aisance sous votre meilleur jour.
Pour saisir l’importance de ce petit discours, il faut
comprendre que l’esprit humain prend de 8 à 60
secondes pour se forger une opinion lorsqu’il est face
à une nouvelle personne. Gustav White l’a déjà bien
résumé :
«
Vous n'aurez jamais une seconde
chance de faire une première bonne impres-
sion »
.
En fait, notre cerveau a besoin de classer
rapidement la nouveauté pour savoir s’il peut faire
confiance à la personne ou à la situation devant
laquelle il se trouve. Si dans ce court laps de temps
vous arrivez à faire comprendre à votre interlocuteur
que vous lui êtes sympathique, le lien sera beaucoup
plus facile à créer et une relation d’affaires pourra
éventuellement se développer.
Déterminer le PIC ou
Elevator Pitch
Le terme
Elevator Pitch
explique bien la rapidité de la
chose. C’est comme si vous n’aviez que quelques
étages en ascenseur pour vous présenter à un nou-
veau client. Mais, cette courte présentation comporte
aussi un piège : elle peut vous inciter à parler vite et
à lancer toute votre information sans vous assurer de
la réceptivité de votre interlocuteur.
Quel est donc le véritable but de cette présentation?
1)
Positionner
clairement votre entreprise et les pro-
duits ou services que vous offrez; 2) Vous
Identifier
afin de créer une relation personnelle et faire bonne
impression; 3) Établir votre
Crédibilité
afin de rendre
cohérentes votre attitude et vos paroles.
Dans chacune de vos présentations, vous devez rapi-
dement convaincre les gens que vous êtes en mesure
de livrer ce que vous avancez.Alors, retenez ces trois
éléments-clés du PIC : Positionnement, Identification
et Crédibilité.
Le PIC en trois étapes :
Étape 1 : Obtenir l’attention et susciter la curiosité
Assurez-vous d’avoir un bon contact visuel avec la
personne afin qu’elle soit réceptive à vos propos
avant de commencer à parler.
Étape 2 : Vous présenter en misant sur votre
positionnement de marché
Dites clairement, sur un rythme posé, votre nom, votre
nom d’entreprise et votre fonction. Expliquez en quoi
votre service ou vos produits peuvent aider les gens
et en quoi vous vous différenciez de vos concurrents.
Étape 3 : Passer à l’action
Établissez vos objectifs et faites-en part à votre inter-
locuteur. Que désirez-vous? Qu’on se souvienne de
vous? Obtenir un rendez-vous ou une information?
Créer un lien avec la personne et poursuivre la
discussion?
Caractéristiques d’un bon PIC :
Clair – Concis –
Concret – Imagé – Passionné – Naturel – Personnel
Signes que vous maîtrisez votre PIC :
Vous êtes capable de sourire et vous être
détendu durant votre présentation;
Vous parlez clairement, votre voix reflète votre
confiance;
Vous vous êtes naturellement ajusté à l’envi-
ronnement et au langage du milieu d’affaires
de votre interlocuteur;
Vous avez établi une communication de sorte
que votre interlocuteur n’a pas eu l’impression
que votre seul intérêt était de lui « lancer » de
l’information;
Vous vous êtes réellement intéressé à l’autre et
pourriez facilement présenter cette personne à
un tiers tout en lui expliquant ce qu’elle fait;
Votre interlocuteur vous démontre de l’intérêt
en vous demandant votre carte, en posant des
questions pertinentes, ou en acceptant de vous
rencontrer plus longuement ultérieurement;
Quand vous revoyez cette personne, elle se sou-
vient de votre rencontre et de votre profession.
Avoir établi et réfléchi à la manière de vous présenter
est primordial. Arriver à résumer qui vous êtes, ce
que vous faites et ce que vous pouvez apporter à
l’autre en quelques secondes est un art qui s’ap-
prend et qui se pratique. Bonnes rencontres!
ANNIE BIENVENUE
ANNIE BIENVENUE
Coach d’affaires, formatrice
et conférencière en communication
450 444-3879
Annie aide les exécutifs, les directeurs,
les consultants, les vendeurs, bref toutes
les personnes qui désirent prendre la parole
de façon plus percutante, à diminuer leur
stress, développer leur charisme et ultime-
ment s'amuser en face de leur audience.
Que 30 secondes pour faire bonne impression
·
·
·
·
·
·
·