Ville de Baie d’Urfé
Des résultats à contre-courant
22
LA NOUVELLE ÉDITION | Mars 2013
Geoffrey Kelley
Député/ MNA Jacques-Cartier
620,
Boulevard St-Jean, bureau 206
Pointe-Claire (Québec) H9R 3K2
T.: 514-697-7663 F.: 514-697-6499
À l’heure où les budgets muni-
cipaux sont de plus en plus
complexes à boucler, la ville de
Baie d’Urfé va à contre-courant. Ses
résultats sont excellentes, on y décèle
des excédents budgétaires en constan-
teprogression, cequi permet à l’équipe
municipale emmenéeparMariaTutino,
sa mairesse, de regarder l’avenir avec
sérénité.
«
En 2012, nous avons pré-
senté un budget excéden-
taire de 1.7 M$ et nous pro-
jetons un résultat encore
meilleur en 2013 ! ». Au
regard de 2011 qui avait
généré un excédent de seu-
lement 40 000 $, la ville
peut être totalement satis-
faite de sa gestion. « D’au-
tant que nous avons l’un des taux de taxa-
tion foncière générale par 100 $ les plus
bas de l’Île ! ».
C’est à un certain magnétisme de la ville
que l’on doit ces résultats étonnants. « De
nouvelles activités à la ville, de nombreux
agrandissement du bâti… Cela nous per-
met de mener de nombreux projets et
d’apporter des services aux citoyens qui
semblent les satisfaire pleinement », conti-
nue Maria Tutino.
Durant les derniers mois, la ville a été très
active en menant de nombreux travaux
d’infrastructures incluant la réfection de
l’entrée du secteur industriel par le boule-
vard Morgan. « Ces travaux ont été termi-
nés pour le 100ème anniversaire de la ville
et nous avons reçu une récompense. Il est
très agréable de se voir reconnus pour ce
genre de réalisation ».
Investir sur l’avenir
Maria Tutino est très fière
des résultats qu’elle atteint
avec son équipe. Mais elle
n’en demeure pas moins
active : « Nous travaillons
beaucoup sur l’avenir. Nous
avons terminé la piste
cyclable, nous bénéficions
d’une vie associative très
dynamique, l’hôtel de ville sera agrandi,
nous mettons en avant la jeunesse… » Et
ce n’est pas tout, dans les prochains mois,
un magnifique projet d’hôtel restaurant de
8
étages lèvera de terre, ce qui correspond
à des investissements de près de 40 M$.
«
Un hôtel dans le parc industriel est un
vieux rêve et permettra un développement
économique important ! ». Et pour com-
pléter le tout, un centre sportif pluridisci-
plinaire offrira à la population un lieu de
vie unique !
MariaTutino, mairesse
Ville de Kirkland
Miser sur la consolidation
Malgré une situation géographique
stratégique le long de l’autoroute 40,
ce qui en fait potentiellement un sec-
teur d’avenir qui pourrait espérer un
développement impor-
tant, la ville de Kirkland
navigue en eaux calmes
depuis quelques années.
À cela une explication qui
clos les débats : il n’existe
plus de terrains vacants.
«
La ville est représentée par
75 %
de secteur résidentiel
pour 25 % de sec teurs
industriels et commerciaux.
Nous accueillons environ 2000 entreprises
de toutes tailles, ce qui représente un bon
chiffre », explique John W Meaney, maire.
Cela dit, depuis la création de la ville en
1961,
le calme n’a pas toujours été de
circonstance. L’arrivée de l’autoroute 40 a
conduit à une explosion de la vie écono-
mique du secteur grâce à la création d’es-
paces industriels et commerciaux tout au
long de la colonne vertébrale qui traverse le
territoire.
Des investissements récurrents
Krikland navigue donc en eaux calmes et
JohnWMeaney ne le cache pas : « L’année
2012
a été l’une des plus tranquilles. Elle
nous donne un répit qui nous permet de
nous concentrer sur la consolidation de
l’existant ». Et la consolidation de l’exis-
tant, ce sont des investissements réguliers
et récurrents dans les infra-
structures qui permettent
aux que l que s 21 000
citoyens de profiter d’une
vie bien paisible. « Nous
investissons en moyenne
6
M$ par an sur nos routes,
nos trottoirs, nos viaducs,
etc. Nous tenons une poli-
tique d’entretien pour ne
pas connaître les mêmes
problèmes que d’autres
secteurs de la Métropole.
Entretenir, c’est prévenir et même s’il peut
arriver quelques incidents, nous nous
efforçons d’apporter le meilleur service à
nos citoyens ».
Unmaire toujours aussi motivé
Avec 20 ans de vie politique au compteur,
John W Meaney a la motivation d’un jeu-
ne homme et l’expérience d’un « vieux
routard ». La foi intacte, il nous confie :
«
En novembre, je serais candidat à ma
succession. Et si les citoyens me désignent,
ce sera avec un immense plaisir que je
continuerais de gérer la ville dans la paix et
la sérénité ».
JohnWMeaney, maire
Ville de Pointe-Claire
Ville olympique
Si Pointe-Claire ne joue certes pas un
rôle prépondérant sur le plan écono-
mique à l’échelle de la métropole
montréalaise, la ville a bien d’autres
atouts dans son jeu. Préférant la quali-
té de vie offerte aux citoyens plutôt
que les résultats fracassants, elle a su,
au fil des années, se trouver une voie
royale : celle des arts et des sports.
«
Ave c une é va l ua t i on
taxable de 5 milliards de
dollars dont 2 milliards
pour l’industrie et le com-
mercial, nous profitons
d’une situation idéale ! »,
clame Bill McMurchie,
maire de Pointe-Claire.
L’une des grandes fiertés du
maire, c’est son centre nau-
tique olympique compor-
tant deux bassins de 50 mètres et un bassin
de 25 mètres en salle. Ces dimensions cor-
respondent aux standards olympiques, ce
qui permet à de nombreux athlètes de
haut niveau de venir s’entraîner dans la
ville. « Nous proposons également 7 parcs
majeurs et nous voulons faire profiter de
nos installations à tous les publics : jeunes,
adultes, personnes âgées, personnes
à mobilité réduite. Nous accueillons éga-
lement l’un des plus grands clubs de
soccer avec plus de 3 000 licenciés. »,
explique Bill McMurchie, maire.
À Pointe-Claire, on revendique fièrement
les différences et l’on encourage les actions
entre générations. « Tout est fait pour
offrir aux citoyens une vie agréable. Nous
encourageons les jeunes à offrir aux plus
âgés des services d’entraide par exemple la
tonte de gazon ou le déneigement. Vivre
ens emb l e , c’ e s t s avo i r
échanger ».
Un rôle prépondérant
Si Pointe-Claire ne fait pas
souvent parler d’elle, il
n’empêche qu’elle joue un
rôle majeur pour nombre
de ses voisins. N’est-elle pas
ce l l e qu i f our n i t l ’ e au
potable à un bassin de plus
de 100 000 habitants des alentours ? Les
projets résidentiels quant à eux comptent
près de 3 000 unités en projet ou en cours
de construction.
Et pour illustrer sa vocation culturelle et
sportive, Pointe-Claire accueillera en
juillet prochain les olympiades québé-
coises pour les jeunes avec déficience men-
tale. 700 athlètes et plusieurs centaines de
bénévoles se sont donné rendez-vous pour
se surpasser !
Bill McMurchie, maire
Jalbec Inc.
5656,
rue Hochelaga
Montréal, Québec H1N 3L7
514-257-0368
Bâtisse d’une superficie de plus de 700 000 pi
2
Multi-locataires
Locaux allant de 1000 pi
2
à 100 000 pi
2
Espaces commerciaux, industriels et à bureaux
Multiples stationnements disponibles
Située au coin des rues Hochelaga & Dickson,
à quelques pas du l’Assomption
L’endroit où l’on se sent chez soi !