3
LA NOUVELLE ÉDITION | Avril 2013
L’Impact de Montréal vient d’entamer
sa deuxième saison au sommet de la
hiérarchie du soccer en Amérique du
Nord : la MLS. Si cette position satisfait
sans conteste l’ensemble de ses sup-
porters, elle est aussi le résultat de 20
ans d’histoire d’amour avec le ballon
rond et elle est surtout la finalité d’une
ténacité combattive tant sur le plan
sportif qu’économique.
Lors de la première rencontre à domicile
qui s’est tenue au Parc Olympique le 16
mars dernier, plus de 37 000 spectateurs
sont allés encourager les bleus de l’Impact.
L’année dernière, sur l’ensemble de la sai-
son, l’Impact a pu compter sur 400 000
spectateurs pour l’ensemble de ses ren-
contres. Saviez-vous qu’avec ce chiffre,
l’Impact se classerait dans le Top 5 du
championnat de France de soccer ? Un
chiffre impressionnant qui concerne, rap-
pelons-le, une première saison au sommet.
Un véritable phénomène
«
Sans vouloir faire une concurrence
déloyale à d’autres disciplines, le soccer est,
depuis une quinzaine d’années, le sport le
plus pratiqué au Québec. Il coulait donc
presque de source que le Québec se dote
d’une équipe évoluant dans l’élite Nord-
Américaine, après Toronto et Vancouver.
Nous pouvons donc parler de phénomène
concernant cette discipline parce qu’une
équipe au sommet a des retombées dans
plusieurs domaines. Non
seulement, elle a un rôle
social en offrant aux jeunes
une brillante image, mais
elle offre des retombées éco-
nomiques importantes pour
la métropole et une notorié-
té inestimable », déclare
Richard Legendre, vice-pré-
sident de l’Impact de Mont-
réal.
L’Impact de Montréal ne se
contente pas de présenter
une équipe en MLS. On
compte en effet 3 autres
équipes : les moins de 21 ans,
moins de 18 ans et moins de 16 ans mais
aussi l’académie de l’Impact : un organis-
me de sport étude chargé de déceler les
jeunes talents et de les recruter et qui
compte aujourd’hui une centaine de
jeunes sportfis.
Une vocation en développement
économique
Si l’Impact de Montréal montre avant tout
une image de sport et de loisir, il n’en
demeure pas moins que l’équipe montréa-
laise qui brille au firmament est aussi une
affaire économique employant environ 70
personnes à plein temps. « En accédant à la
MLS, l’Impact de Montréal est à sa place,
mais cela a impliqué aussi la
mise en œuvre de grands
moyens . No t re équ i pe
administrative par exemple
a doublé, passant de 20 à
une quarantaine de salariés.
Nous obéissons à une réali-
té économique et les retom-
bées se mesurent à gran-
deur de la province ».
Une visibilité internatio-
nale
Une chose est sûre, la noto-
riété de Montréal est main-
tenant bien ancrée en Amé-
rique du Nord et pas seulement dans le
domaine du hockey. Mais l’équipe ne se
limite pas à représenter notre continent. La
passion du président Joey Saputo l’a mené
à se tourner aussi vers la « Mecque » du
football (terme employé outre Atlantique
pour désigner le soccer) : l’Europe afin
d’offrir une vitrine internationale à la
métropole. L’Impact de Montréal a ainsi
offert à son public quelques rendez-vous
d’anthologie : une rencontre face à l’AC
Milan en juin 2010 et une autre contre
l’Olympique Lyonnais (France) en juillet
2012
qui compte plusieurs titres de cham-
pionnat français à son actif.
Un avenir prometteur
Si l’on se fie au formidable engouement
pour la discipline, avec à ce jour environ
205 000
pratiquants au Québec, l’avenir du
soccer dans la province semble assuré : « La
présence d’une équipe en MLS suscite
beaucoup de passion. Nous commençons
à entendre des jeunes dire qu’ils rêvent
quand ils seront grands de jouer à l’Im-
pact. C’est une belle récompense ! Nous
sommes en quelques sortes un modèle et
c’est très flatteur ».
Si aujourd’hui peu de québécois évoluent
dans l’équipe, Richard Legendre nous
indique que grâce à l’académie, cette ten-
dance pourrait s’inverser rapidement.
«
Notre volonté est d’intégrer de plus en
plus de joueurs québécois. Nous comptons
déjà quatre d’entre eux qui ont signé des
contrats pro avec l’Impact de Montréal :
Karl WOuimette, Maxim Tissot,Wandrille
Lefèvre et Maxime Crepeau plus récem-
ment. Ce sont les premiers résultats concrets
de l’académie. Nous portons une grande
importance à la formation des jeunes car ils
représentent l’avenir de l’Impact ».
Des billets de saison sont encore dispo-
nibles à des prix très attractifs. Pour toute
information, visitez :
-
montreal.com/fr.
Jean-Claude Bataille
Portrait du mois : l’Impact de Montréal
Un Impact économique indéniable pour Montréal
Président-Éditeur
a
Lain
D
uLong
a
.
DuLong
@
journaLeDition
.
CoM
A
DJOINTE ADMINISTRATIVE
s
yLvie
v
ézina
aDMinistration
@
journaLeDition
.
CoM
C
OMPTABILITÉ
C
LauDe
s
irarD
C
.
sirarD
@
journaLeDition
.
CoM
C
ONSEILLERS
(
ÈRES
)
EN STRATÉGIE MARKETING
L
uCie
D
uLong
L
.
DuLong
@
journaLeDition
.
CoM
M
axiMe
D
uLong
M.
DuLong
@
journaLeDition
.
CoM
R
ÉDACTEUR EN
C
HEF
j
ean
-
C
LauDe
b
ataiLLe
reDaCtion
@
journaLeDition
.
CoM
D
ESIGN ET
P
RODUCTION
L
ouise
C
harbonneau
D
ISTRIBUTION
M
axiMe
D
uLong
I
MPRESSION
h
ebDo
-
L
itho
,
s
t
-
L
éonarD
T
IRAGE
25 000
Copies
T
ÉL
.: 514 257-1000
T
ÉLÉC
.: 514 257-7505
11905,
RUE
N
OTRE
-
D
AME
E
ST
,
S
UITE
400,
M
ONTRÉAL
(
QC) H1B 2Y4
WWW
.
JOURNALEDITION
.
COM
Dépôt légal : Bibliothèque Nationale du Québec
et du Canada ISSN 1918-2430
Abonnement: 514 257-1000
Le masculin utilisé dans cette publication désigne les femmes
autant que les hommes. La reproduction de tout article est
interdite sans l’autorisation écrite du journal. Les éditeurs
n’assument aucune responsabilité sur l’exactitude des reven-
dications et des offres faites par les annonceurs.
Veuillez noter que l’éditeur ne partage pas nécessairement le point de
vue exprimé dans les chroniques.
LE PLUS GRAND CHOIX DE VÉHICULES À MONTRÉAL
LOCATION DE VÉHICULES À COURT TERME
Richard Legendre