13
LA NOUVELLE ÉDITION | Mai 2013
lorsque nous avons parlé au maire
robert coutu, ce dernier rentrait tout
juste du sommet de la colline, à Qué-
bec, organisé par ecotech Québec sur
le thème « Accélérer la transition vers
une économie verte en intégrant
davantage les technologies propres »,
avec pour objectif la sensibilisation
des élus aux impacts positifs des inno-
vations et au menu un atelier de
maillage pour rencontrer des parte-
naires potentiels.
« Cette rencontre a été très révélatrice pour
nous. Notre ville a été citée et prise pour
exemple car elle vit une situation particu-
lière. De plus, nous avons constaté une très
grande participation des élus provinciaux
de tous bords politiques, ce qui est plutôt
rassurant car cela démontre que le virage
des technologies propres représente aussi
un enjeu politique », nous expliquait
Robert Coutu, satisfait de ce sommet.
Quel avenir pour Montréal est ?
« Une étude préparée par l’École Polytech-
nique de Montréal est en cours de réalisa-
tion sur le futur stratégique de l’Est de
Montréal », nous annonçait Robert Coutu.
L’Est de la métropole
fait couler beaucoup
d’encre depuis plusieurs
mois, preuve que de
plus en plus de regards
se tournent vers le sec-
teur avec en son cœur
Montréal Est.
Le travail à effectuer est
immense et concerne de
nombreux points, tous
pr i or i t a i re s . De l a
décontamination sans
laquelle rien ne pourra
se débloquer au déve-
loppement des trans-
ports en commun, tout
reste à faire mais là encore, Robert Coutu a
confiance en l’avenir. « Il y a des décisions à
prendre, des grands travaux à effectuer et il
faudra du temps. Mais nous disposons
d’un tel potentiel qu’il me semble impro-
bable que nous basculions du mauvais
côté ».
transports en commun, le point faible
Dans l’ensemble de l’Est de Montréal, on
réclame à cor et à cri le prolongement de la
ligne bleue du métro jusqu’à Anjou. Si ce
prolongement ne concerne pas directe-
ment la ville de Montréal Est, celle-ci béné-
ficiera directement des retombées de ce
développement. Le projet, discuté depuis
près de trente ans, ne semble pas encore
avoir dépassé l'étape de l'étude de faisabili-
té. Malgré cela, le gouvernement provincial
actuel semble considérer ce projet comme
prioritaire. Concrètement, celui-ci prévoit
l'ajout de cinq stations entre l'actuel termi-
nus Saint-Michel et les Galeries d'Anjou.
Seulement pour le prolongement jusqu'au
boulevard Lacordaire, les investissements
nécessaires s'élèveraient à 945 millions de
dollars. « Cette ligne bleue est absolument
nécessaire car elle bénéficiera à l’ensemble
de l’Est de la ville. En attendant, le train de
l’Est, lui, avance et il semble que sa date
définitive de mise en service se situe pour
2014. Là encore, notre ville en bénéficiera
pleinement », confirme le maire.
On entend également parler d’une voie
réservée au transport en commun sur
Notre-Dame jusqu’à Pointe-aux-Trembles.
Il ne s’agit que d’un bruit de couloir, mais
c’est une piste qui pourrait désenclaver la
ville et proposant une liaison simple entre
l’Est et l’ouest.
seul frein : la contamination
Dans la ville de Montréal-Est, sur 146
terrains vacants, 72 seraient contaminés.
L'absence de taxes foncières pour un
terrain en décontamination prive la muni-
cipalité d'importants revenus. La déconta-
mination de la totalité des sols concernés
dans l'Est de Montréal nécessiterait des
investissements de l'ordre de 450 M$.
« C’est un problème qu’il faudra de toute
façon régler, tôt ou tard. Pour le moment,
les décontaminations se font au coup par
coup et nous travaillons en ce moment
même sur le terrain laissé par la raffinerie
Shell. D’ailleurs, ce sont des entreprises
locales qui s’y affairent. Là encore, il faudra
du temps, mais nous avons confiance en
l’avenir. Nous remarquons une prise de
conscience générale. Il faudra que cette
prise de conscience soit suivie d’actions
concrètes ».
Robert Coutu est plus que jamais motivé.
Son premier mandat de maire aura été pour
le moins compliqué par les événements,
mais il le dit : « Je suis un battant, j’ai la foi.
Et je solliciterai encore la confiance des
citoyens en novembre pour continuer ma
mission ».
Jean-Claude Bataille
Vers un rebond écologique
455, avenue Marien
Montréal, Québec
H1B 4V7
Résidentiel - Commercial
Livraison - Aménagement
514 852-4445
Une entreprise dynamique favorisant
le développement des compétences
et le partage des connaissances.
Chimie ParaChem s.e.c.
3,500 avenue Broadway
Montréal-Est, Qc
H1B 5B4
Chimie ParaChem s.e.c., à titre de producteur de paraxylène, est un
maillon important de la chaîne du polyester dans l’est de Montréal.
Au service des entreprises
1...,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12 14,15,16,17,18,19,20