si pour le commun des mortels, le
métier d’épicier pourrait consister à
distribuer des produits alimentaires,
franck Hénot et Danny therrien prou-
vent depuis maintenant 4 ans qu’avec
un peu d’imagination et d’amour on
peut réinventer la profession.
Quand ils ont investi tout ce qu’ils avaient
dans la reprise de l’Intermarché situé sur
l’avenue Mont-Royal, ils avaient une idée
bien ancrée dans la tête : offrir du bonheur et
proposer de la qualité. Mission accomplie !
Ce moteur qui les anime les a conduit tout
droit sous les projecteurs de la soirée de gala
des prix ESTim, une reconnaissance unani-
me de la communauté de l’Est de la ville.
« Quand je me suis assis dans mon siège
pour assister à la remise des prix, je n’imagi-
nais pas un instant que nous pourrions
remporter le trophée. Nous avons investi
beaucoup d’énergie dans notre dossier de
candidature mais nous avions conscience
que la catégorie était relevée. À l’annonce
de notre nom, je me suis senti comme sur
un nuage, ça ressemblait à quelque chose
d’irréel et c’est seulement plusieurs jours
plus tard que j’ai commencé à réaliser »,
indique Franck Hénot, président.
Une recette gagnante
Pourtant, ce prix est parfaitement justifié
quand on se penche sur la personnalité des
propriétaires. Ils ont en effet su se démar-
quer avec une recette très simple à appliquer :
« La concurrence dans notre domaine est
très rude. Nous avons simplement suivi
notre instinct et notre fil conducteur a été
d’offrir à nos clients ce que nous aimerions
trouver dans une épicerie. Des produits
différents, de qualité et accessibles ».
Pour appliquer la recette, Franck et Danny
ont tout d’abord privilégié l’achat local et
créé des relations étroites avec leurs fournis-
seurs. Ils ont aussi franchi un pas important
en proposant des spécialités gastrono-
miques lointaines qui font aujourd’hui leur
réputation. « Nous importons des produits
directement de l’étranger, tels que des foies
gras ou des fromages, des charcuteries que
l’on ne trouve pas ailleurs en fonction des
saisons. Nos clients ont ainsi un choix varié
et renouvelé ».
Avec ses 85 salariés, l’Intermarché Boyer est
l’un des principaux employeurs de l’avenue
Mont-Royal. Acteur majeur de la vie écono-
mique du quartier, les dirigeants investissent
également beaucoup dans la vie sociale de
l’entourage : « Nous aimons ce que nous
faisons et nous partageons aussi le fruit de
notre réussite en essayant d’être présent,
dans la limite de nos moyens bien sûr, dans
la vie du quartier ».
savoir rester proche
Franck et Danny ont aussi su innover en
utilisant les réseaux sociaux pour rester en
contact étroit avec leur clientèle. Ils diffusent
chaque semaine une lettre d’information
dans laquelle ils partagent des recettes ou
annoncent les arrivages de produits. On
peut d’ailleurs suivre leur page Facebook
(Cherchez intermarcheboyer sans espace).
Mais attention, le risque d’addiction à la
qualité des produits est très importante !
Unhommage à toute l’équipe
Dans les jours qui ont suivi la remise des
prix, le prix a fait le tour de l’entreprise.
« Nous voulions partager ce symbole avec
tous nos employés. Chacun a eu l’occasion
de le toucher ».
Finalistes
: Les Chaussures Rubino et
Lozeau
13
LA NOUVELLE ÉDITION | Juin 2013
Commerce de détail
Intermarché Boyer
Intermarché boyer
Chimie ParaChem s.e.c.
3,500 avenue Broadway
Montréal-Est, Qc
H1B 5B4
Chimie ParaChem s.e.c., à titre de producteur de paraxylène, est un
maillon important de la chaîne du polyester dans l’est de Montréal.
Félicitations aux entreprises
finalistes et lauréates du
25
e
concours des Prix ESTim.
1...,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12 14,15,16,17,18,19,20,21,22,23,...36