Layout 1 - page 3

3
LA NOUVELLE ÉDITION | Novembre 2013
Récemment, la Chambre de Commerce
de l’Est de Montréal présentait un ren-
dez-vous conférence sur le thème de
l’électrificationdes transports avec pour
conférencier nul autre que Pierre-Luc
Desgagné, vice-président — Affaires
publiques et gouvernementales d’Hy-
dro-Québec. L’occasion pour la commu-
nauté d’affaires de l’Est de la ville de
découvrir les grands enjeux du pari lan-
cé par la grande société d’état. Véritable
ambassadeur de l’énergie propre,
Pierre-Luc Desgagné en a profité pour
parler duCircuit électrique, lepremier et
le plus important réseau de recharge
public pour véhicules électriques et
hybrides du Canada.
Une grande avancée pour
l’environnement
Lorsque les premières automobiles à essence
sont apparues à la fin du XIXème siècle, le
regard porté sur ce qui deviendra rapide-
ment l’un des éléments les plus révolution-
naires pour l’humanité n’avait rien de bien
reluisant. Pour preuve, en Angleterre, en
1865, le Locomotive Act obligeait les véhi-
cules à vapeur à être précédés d’un homme à
pied agitant un drapeau rouge… Nous
avons bien franchi ce cap,mais c’est là le reflet
d’une réalité : l’homme a besoin de temps
pour laisser entrer certaines technologies
dans ses mœurs. Depuis plusieurs décennies,
on parle des énergies renouvelables et en
particulier de l’électricité pour alimenter
nos bonnes vieilles automobiles. Mettant en
œuvre des technologies de plus en plus effi-
caces, on peut considérer que le véhicule
électrique est aujourd’hui une technologie
tout à fait envisageable. Pourtant, elle souffre
de certaines appréhensions bien injustifiées,
et en particulier sur son autonomie.
Répondre à un besoin
Avec l’appui de plusieurs partenaires, dont
les quatre autres membres fondateurs —Les
Rôtisseries St-Hubert, RONA, METRO et
l’Agence métropolitaine de transport —
Hydro-Québec déploie depuis quelque
temps déjà un réseau de bornes de recharge
pour soutenir l’arrivée des véhicules élec-
triques au Québec. « Le principe est simple :
offrir aux automobilistes des points de
recharge un peu à la manière d’une station-
service. Cela permet d’effacer les craintes des
utilisateurs de ne pas avoir assez d’autono-
mie pour leurs déplacements », indique
Pierre-Luc Desgagné. Quand on sait que ce
réseau qui ne cesse de grandir de mois en
mois et qui atteint aujourd’hui plus de 200
points de recharge, est accessible au grand
public, l’option du véhicule vert devient
plutôt alléchante.
Dès mars 2012, les premières bornes étaient
mises en place et pour un prix modique
(2.50 $ pour une recharge, quelle que soit sa
durée), permettaient aux premiers utilisa-
teurs de profiter d’un service de recharge
d’appoint.
Une visionportée sur
l’avenir
Ce réseau a un mérite
important : il rassure les
conducteurs de véhicules
électriques en permettant à
ceux-ci de se recharger à l’extérieur de la
maison en cas de besoin. Hydro-Québec
s’implique donc dans la promotion des
déplacements à moindre empreinte sur l’en-
vironnement. L’entreprise publique mise
aussi bien sur le particulier que la clientèle
corporative : « Avant la mise en place de ce
réseau, l’utilisateur de véhicule rechargeable
(tout électrique ou hybride) était préoccupé
par l’autonomie et devait prendre la rechar-
ge en considération pour ses déplacements.
Le Circuit électrique se diversifie de plus en
plus et va libérer l’automobiliste de ces
tracas. Le développement du marché de
l’électrique dépend entre autres de l’offre de
recharge publique ».
Le Québec avant-gardiste
« En matière de véhicules électriques, le
Québec vit une histoire presque parfaite.
Nous avons tout sur place. Des entreprises
qui développent des concepts et avec qui
nous travaillons en collaboration, un réseau
de production unique, des partenaires qui
développent des technologies d’avenir com-
me AddÉnergie, B3CG ou TM4, pour ne
citer que ceux-ci ». Si l’ancêtre de l’auto-
mobile a vu le jour en France, c’est
donc en Nouvelle-France que l’objet de
toutes les passions risque de voir ses
plus fortes évolutions.
Pierre-Luc Desgagné ne nous cachait pas
lors de notre entretien que certaines appli-
cations pourraient bien décider les irréduc-
tibles des gros moteurs à franchir le pas :
« Nous travaillons sur la possibilité d’utiliser
les batteries d’une voiture comme généra-
trice de secours dans les domiciles en cas de
panne de courant ou encore au partage
énergétique des grands parcs automobiles
électriques lors des pics de consommation ».
Les technologies offrent de belles perspec-
tives. Mais comme toute chose, il faudra un
peu de temps pour voir enfin les idées deve-
nir réalités.
Jean-Claude Bataille
Environnement
Hydro-Québec s’investit dans l’électrification des transports
1,2 4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,...24
Powered by FlippingBook