Layout 1 - page 6

LA NOUVELLE ÉDITION | Décembre 2013
6
Le 31 mai dernier, au terme d'une
longue démarche de concertation
auprès des acteurs de tous horizons du
milieu et d'une démarche de consulta-
tion publique menée par l'OCPM, le
conseil municipal a adopté le PPU de
Griffintown.
Avec l’adoption de ce PPU, la ville et l’ar-
rondissement disposent d’un outil de plani-
fication détaillé qui permettra d’orienter le
développement de ce secteur de manière
cohérente, avec l’ensemble des plans et poli-
tiques adoptés par la Ville.
« Le verdissement et l'aménagement de
nouveaux espaces verts et places publiques
occupent une place fondamentale dans la
requalification urbaine portée par le Pro-
gramme particulier d'urbanisme (PPU)
Griffintown. Ce nouveau parc s'ajoutera
aux six nouveaux lieux publics prévus
dans le cadre de la mise en œuvre du PPU
adopté par le conseil municipal en mai
dernier », a expliqué le maire de l'arrondis-
sement du Sud-Ouest, Benoit Dorais.
Zones d’emploi, une nécessité dans le
Sud-Ouest
« Notre arrondissement ne doit pas être
uniquement un secteur à vocation résiden-
tielle », clame Benoît Dorais, maire. Réélu le
3 novembre, Benoît Dorais va pouvoir
continuer sur son impulsion : faire de l’ar-
rondissement un lieu de vie, de travail et de
loisirs. « Dans le Sud-Ouest, où il y a encore
de grands espaces à développer, la pression
des promoteurs résidentiels est très forte. Il
serait facile de tomber dans le piège, mais ce
n’est pas ce que nous voulons. Nous nous
refusons à devenir une cité dortoir sans
âme ». L’ambition est donc de faire les
choses en concertation totale : « Dans notre
arrondissement, il reste des zones impor-
tantes pour lesquelles il faut se donner une
vision de développement très claire. C’est le
moment ou jamais de définir cette vision.
On va bientôt en parler aux citoyens, les
consulter, car c’est à cela que l’on veut
s’atteler au cours des prochaines années.
Ce sera vraiment le cœur du prochainman-
dat ».
Pour atteindre cet objectif, Benoît Dorais
compte sur le potentiel de son secteur et
veut développer l’essor économique. Mais
selon Benoît Dorais, pour offrir le meilleur
aux citoyens, il faudra savoir les écouter et
leur tendre la perche de la concertation.
Réunissant environ 250 membres et
créée en 1997, la Société de Dévelop-
pement Commercial Promenade Wel-
lington est un véritable cœur qui bat au
sein de l’arrondissement deVerdun.
Organisme a but non lucratif, la SDC a
pour but de promouvoir le développement
des affaires sur la rue Wellington et par
conséquent de contribuer au dynamisme
économique de l’arrondissement de Ver-
dun. Située au cœur de la ville de Verdun, la
promenade Wellington s’étend du boule-
vard Lasalle à l’est jusqu’à la 6
e
avenue à
l’ouest.
« Notre mission est de soutenir les deux
cent cinquante commerçants de la rue
Wellington dans leur développement d’af-
faires. Nos objectifs sont de favoriser le
développement commercial de la Prome-
nade Wellington, représenter les membres
et défendre leurs intérêts, offrir formation
et information à nos membres, mettre en
valeur les particularités de notre artère et
augmenter la qualité de vie et de l’esthé-
tisme de notre secteur », explique Billy
Walsh, directeur général.
Hormis les deux cent cinquante commer-
çants de la rueWellington, la SDC collabore
avec de nombreux partenaires dont les
organismes de développement économique
locaux et naturellement l’arrondissement
de Verdun. Elle organise également de
multiples projets commerciaux à caractère
socioculturel qui contribuent au dynamis-
me de la rue. « Notre vision à court terme
est d’augmenter la visibilité de notre artère,
d’accroître l’achalandage tout en amélio-
rant le service à la clientèle et l’apparence
des commerces pour qu’à long terme, la
Promenade Wellington soit reconnue pour
son cachet multi-culturel, son ambiance
chaleureuse et ses boutiques attrayantes »,
conclut BillyWalsh.
Pour atteindre ses objectifs, l’équipe de la
SDC a mis en place un calendrier d’activités
très riche avec entre autres au menu un
festival de marionnettes dont la réputation
a aujourd’hui largement dépassé les limites
du quartier mais aussi un festival de danse
et la mise en place du premier piano des
villes.
La vocation sociale est aussi un objectif de
la SDC. Certains profits d’activités sont
ainsi reversés à des organismes de bienfai-
sance : « Nous avons une vocation sociale.
Le commerce ce n’est pas seulement faire
des affaires, c’est aussi prendre une part
active à la vie de la communauté ! ».
Un PPU pour Griffintown
PromenadeWellington : un cœur qui bat
Helen Toddy
Directrice générale
Société de développement
commercial Monk
6658, boul. Monk, Montréal
(Québec) H4E 3J1
t
514 766-4131
f
514 766-6427
1,2,3,4,5 7,8,9,10,11,12,13,14,15,...16
Powered by FlippingBook