Layout 1 - page 4

LA NOUVELLE ÉDITION | Mars 2014
4
on en parle beaucoup depuis quelques
années et cela reflète peut-être une
prise de conscience générale : le dé-
crochage scolaire est une véritable
gangrène pour la société et pas seule-
ment au Québec. car ce problème est
également relevé dans l’ensemble des
pays occidentaux. Non seulement
les conséquences sur l’avenir de nos
jeunes sont catastrophiques mais les
retombées économiques pour la socié-
té atteignent des sommets. tout cela
sans même parler des difficultés qu’ont
les entreprises à trouver une main
d’œuvre qualifiée dans un monde où
les exigences en termes de formation
sont de plus en plus élevées.
Voilà qui est dit et qui dresse une réalité
alarmante. Un constat qui a poussé Nicolas
Arsenault, Louis-Simon Ménard et L.
Jacques Ménard à agir en créant la fonda-
tion Mobilys, une OSBL de charité qui n’a
qu’un but : combattre le décrochage scoalire
pour offrir aux jeunes un avenir plus relui-
sant.
Revaloriser le système éducatif
« Le décrochage scolaire est un mal perni-
cieux dont les implications ne sont pas
immédiatement visibles. Bien sûr, voir son
enfant peiner est inquiétant, c’est une des
parties visibles rapidement, mais c’est dans
l’avenir que les conséquences prennent
toute leur ampleur », explique Nicolas
Arsenault, président directeur général.
Selon Nicolas Arsenault, les causes du
décrochage sont multiples et ne sont pas
forcément liées à la qualité de l’enseigne-
ment au Québec ni même à son accessibi-
lité : « Le Québec dispose de l’un des sys-
tèmes d’éducation les plus facile d’accès et
les plus performants des pays occidentaux.
Il ne faut donc pas jeter la pierre sur ce
système, même s’il y a toujours matière à
amélioration. J’ai pu constater à quel point
les professeurs sont motivés et ouverts à la
possibilité d’une amélioration contre le
décrochage. Se battre contre ce phénomène,
c’est avant tout prendre les bonnes disposi-
tions, faire preuve d’écoute et offrir aux
jeunes une motivation supplémentaire en
suscitant leur passions et en leur donnant
des outils pour aborder leurs passions ».
Mobiliser pour avancer
Le constat partagé par le ministère de l’Édu-
cation, du Loisir et du Sport (MELS) ainsi
que par le Groupe d'Action sur la persévé-
rance et la réussite scolaires au Québec fait
état de la nécessité d’élargir à l’ensemble de
la société québécoise le consensus sur la
valorisation de l’éducation et de la persé-
vérance scolaire. L’école ne doit pas être
l’unique responsable de la réussite éduca-
tive : les citoyens ont un rôle important à
jouer auprès des jeunes et des institutions
qui les appuient.
Les chiffres sont éloquents : jugez-en par
vous-même. 50 % des garçons seulement
obtiennent leur diplôme d’études secon-
daires dans le temps requis. Le Québec est la
neuvième province sur 10 des 20-24 ans qui
n’ont pas de diplôme d’études secondaires.
Ce sont ainsi chaque année 25 000 jeunes
qui fêtent leur 20
e
anniversaire sans diplô-
me de secondaire ou pour mieux imager :
70 étudiants par jour qui quittent les bancs
d’école. Un décrocheur coûte 120 000 $ à la
collectivité au cours de sa vie active.
Réveiller les passions
Selon Nicolas Arsenault, l’une des armes les
plus efficaces contre le décrochage scolaire
est de réveiller les passions chez les jeunes et
de leur donner les outils pour les mettre en
pratique. « C’est là qu’intervient l’impor-
tance de la mobilisation de tous pour lutter
contre le décrochage. Les jeunes doivent être
motivés, les consciences réveillées et pour
cela, il faut susciter les passions, donner une
véritable vision d’avenir à nos jeunes ».
La fondation Mobilys a donc lancé une
plate-forme Internet qui offre à tous ceux
qui se sentent concernés : partenaires,
écoles, entreprises, etc., un outil qui vise à
impliquer les citoyens dans le processus de
valorisation de l’éducation. Elle permet aux
écoles et organismes de communiquer avec
leur communauté en les informant sur les
actions à privilégier pour contrer le décro-
chage scolaire et assurer le développement
du plein potentiel de tous les jeunes.
Si vous désirez vous-même offrir aux jeunes
une chance supplémentaire de réussite,
visitez le site de la fondation sur :
Société – Décrochage scolaire
Décrochage scolaire : un coup exorbitant pour la société
Nicolas Arsenault
Venez réseauter au soleil levant...
La médiation peut vous aider à conserver une relation d’affaires
et parvenir rapidement à une solution !
Notre prochaine rencontre sera le mercredi 2 avril 2014
Nous recevons Me Nathalie Croteau, avocate et médiatrice
La médiation, un choix d’affaires :
Lors d’un conflit,vous souhaitez éviter d’engager un avocat ? Si le mon-
tant en jeu est peu élevé,soit inférieur à 25 000 $,SAVIEZ-VOUS qu’un service de médiation vous est offert par
le Barreau du Québec à un prix fixe,peu importe le temps que la médiation prendra ? Pourquoi s’en passer !
Chez OZEU
,
6730, rue Sherbrooke Est, coin Langelier
DÈS 7h : Période de réseautage · 7h30 : Conférence
Coût :
Membre et non-membre 25 $
(Taxes et service inclus)
Réservation: sur le site
ou
514 644-6430
1,2,3 5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,...20
Powered by FlippingBook