ici Maintenant dec 07 - page 6

6
L’Édition des gens d’affaires | Mai 2014
"La Société d'habitation populaire de l'Est
de Montréal encourage le développement
de milieux de vie où la mixité sociale est
très clairement présente afin d'assurer le
mieux-être de tous les résidants de l'Est."
La richesse de toute communauté réside
principalement dans sa culture et son
patrimoine. L’arrondissement Mercier-
Hochelaga-Maisonneuvebénéficiedans ce
domaine de plusieurs perles qui apportent,
incontestablement, une fierté toute parti-
culière à ses citoyens. Si le plus visible est
bien sûr le Parc Olympique qui arbore une
tour unique, le Château Dufresne n’est pas
en reste. Majestueuse bâtisse érigée en
pleine grande guerre entre 1915 et 1918
par les frères Dufresne, deux entrepreneurs
réputés, le château a fêtera son premier
siècle l’année prochaine.
Une histoire mouvementée
Ce premier siècle n’aura pas été une traversée
en mer calme pour l’édifice. Après le décès de
Marius Dufresne en 1945, les Pères de Ste-Croix
acquièrent le château pour en faire une extension
du collège Sainte-Croix. Le château qui avait au-
paravant une vocation résidentielle va beaucoup
souffrir de sa nouvelle utilisation. Finalement, en
1957, la ville de Montréal devient le nouveau
propriétaire de la bâtisse, mais elle n’en aura
l’usufruit qu’en 1962. Le château reste alors inoc-
cupé pendant 3 ans, souffrant de l’abandon et
l’on parle alors même de démolition. En 1965,
le château accueille finalement le Musée d’Art
Contemporain pour une courte période. En
1968, il est à nouveau abandonné, mais cette
fois, il est réellement sujet à disparaître. Il n’est
plus chauffé ni gardé. Il souffre d’infiltrations
d’eau et d’actes de vandalisme. On parle même
de le raser pour laisser place à un projet de
stationnement.
Ce sont finalement les Jeux Olympiques de 1976
et le maire Jean Drapeau qui sauvent la bâtisse
avec l’aide d’un philanthrope montréalais :
David M. Stewart. Le bâtiment est restauré et le
Musée des Arts Décoratifs de Montréal.
Le 22 avril 1999, la
société
du Château Dufresne
signe un bail avec la Ville de Montréal. Avec
l’Atelier d’histoire d’Hochelaga-Maisonneuve et
la Maison de la culture, la société emménage
dans le château. Le musée du Château Dufresne
est créé et ouvre les portes du château au public.
Il présente essentiellement la décoration inté-
rieure du château et la collection Sauriol-
Dufresne constituée du mobilier et des objets
ayant appartenu à Marius.
Une renaissance
Aujourd’hui, le Château Dufresne renaît et
trouve un second souffle : « L’histoire du château
est fortement associée à l’un des artistes cana-
diens les plus prolifiques du siècle dernier :
Guido Nincheri. Les frères Dufresne étaient de
grands amateurs d’art et ont, au tout début des
années 20 procédé à un échange : contre la mise
à disposition d’un atelier sur Pie IX, l’artiste
acceptait de fournir au château des œuvres d’art
constituées principalement de toiles murales et
de vitraux. Cet atelier a été le témoin de la créa-
tion de plus de 2 000 œuvres de l’artiste qui ont
orné plus de 200 bâtiments à travers le Canada
et les États-Unis. L’atelier sera très prochaine-
ment intégré au Musée du Château Dufresne, ce
qui est dans la logique des choses. C’est une
immense joie pour nous de réunir ces deux lieux
prestigieux et d’offrir aux visiteurs un complé-
ment naturel du château », nous confie Paul
Labonne, directeur général du musée.
Ainsi, c’est avec fierté et confiance en l’avenir que
Paul Labonne nous a annoncé que le musée
allait prochainement changer de nom pour
devenir le musée Dufresne-Nincheri.
Redécouvrir lemusée
Un budget conséquent est consacré à l’exposi-
tion permanente afin de la compléter et de la
mettre en valeur. De plus, le musée propose une
exposition temporaire très intéressante sur le
rôle de la bourgeoisie francophone dans l’his-
toire de Montréal : « À l’heure où la francopho-
nie est une préoccupation de tous les jours, il est
intéressant de mettre en lumière la place prise
par la bourgeoisie francophone dans notre his-
toire et qu’elle a, elle aussi, contribué à bâtir la
ville. D’abord installée dans le Vieux-Montréal,
puis concentrée sur le Carré Viger, les notables
francophones ont ensuite occupé la cité Maison-
neuve et ont fortement contribué à ce qu’est
devenue Montréal en offrant à l’Est de l’île une
vocation décisive pour son avenir. Une exposi-
tion magnifique à découvrir », affirme Paul
Labonne.
Dès le 28 mai, les visiteurs du château pourront,
avec un seul billet, se rendre à l’atelier de Guido
Nincheri, situé à quelques encablures du site, au
1 832, boulevard Pie IX pour y découvrir un site
exceptionnel.Notez également que dans le cadre
de la journée des musées, le château Dufresne
ouvrira ses portes gratuitement aux visiteurs,
ainsi que le Studio Nincheri. Une occasion à ne
surtout pas manquer !
Château Dufresne : la perle montréalaise
L’atelier Guido Nincheri
1,2,3,4,5 7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,...20
Powered by FlippingBook