L'Édition - Juin 2014 - page 24

24
L’Édition des gens d’affaires | Juin 2014
Plus que jamais, l’économie repose avant
tout sur la vitalité de nos entreprises et
leur capacité à s’exporter. Celapermet non
seulement un développement presque
sans limites mais, effet secondaire moins
flagrant, cela permet à l’Est de Montréal
de rayonner à l’international et par-là
même de partager une fierté au sein de
toute la communauté. Le prix ESTim pour
l’entreprise exportatrice est revenu cette
année à Muraflex inc., fabricant de cloi-
sons amovibles.
S’il est une certitude, c’est que le jury a eu fort
à faire pour désigner le lauréat 2014 de la caté-
gorie. En effet, le plateau final était composé
d’une belle brochette d’entrepreneurs plus
méritants les uns que les autres. C’est pourtant
bel et bien Muraflex inc. qui s’est vue invitée à
recevoir le prix sur la scène devant ses pairs.
Juste récompense qui vient saluer une progres-
sion fulgurante de l’entreprise depuis quelques
années.
Muraflex inc. a été réorganisée en août 2009, au
moment de sa réintroduction sur le marché.
Fernando Petreccia a acheté l’entreprise en
2012, mais il avait auparavant fait partie de
l’équipe de direction responsable de sa réintro-
duction sur le marché nord-américain.
En 2009, Muraflex a eu un revenu de 1 M$
pour tout le Canada. À la fin de son premier
exercice, sous la nouvelle direction, l’entreprise
a vu son revenu s’établir à 1,7 M$, en 2010.
Lors de l’exercice 2011, Muraflex avait prati-
quement doublé son volume et réussi une per-
cée importante sur le marché américain. Afin
de développer ses exportations aux États-Unis,
Muraflex a signé une entente avec le plus grand
fournisseur d’ameublement au monde situé à
New-York. À la fin de l’exercice 2011, Muraflex
a doublé ses ventes, et ses exportations s’éle-
vaient 1,2 M$ US, pour le marché américain.
L’année suivante, Muraflex a maintenu sa
croissance au Canada et a continué de se
concentrer sur le marché de New-York.
Finalement, l’exercice 2012, a généré 6 M$ et
les exportations aux États-Unis s’élevaient à
3,5 M$, soit le triple des exportations de
l’année précédente.
En 2013, Muraflex a connu une croissance
exponentielle en améliorant son offre avec un
nouveau produit ce qui lui a permis de péné-
trer de nouveaux marchés : Washington D.C.,
le Texas, la Californie et l’Illinois. Les ventes ont
alors augmenté de 75 %, pour les seules expor-
tations vers les États-Unis.
Fernando Petreccia, président de Muraflex, a
débuté sa carrière en 1999 avec le démarrage
d’une entreprise de fabrication en robotique,
filiale d’une compagnie européenne : Hanna
Instruments. Au cours de cette expérienc,
Fernando Petreccia se rend vite compte où se
trouve sa passion : dans les défis de croissance.
En 2002, Fernando Petreccia a rejoint les rangs
de Tella, une entreprise de meuble d’intérieur
sur mesure haut de gamme. Il est devenu le
plus jeune vice-président dans l'histoire de la
société et a rapidement développé une grande
relation avec des architectes et des designers en
Amérique du Nord. C’est tout naturellement
que notre homme acquiert Muraflex et déve-
loppe l’entreprise dans les années suivantes.
« Nous sommes très fier d'avoir été choisi
comme lauréat du prestigieux prix dans la
catégorie de l'exportateur de l'année. Nous
sommes impatients de bâtir sur ce succès,
maintenant et dans l'avenir. Je tiens à remercier
la Chambre de commerce de l'Est de Montréal
pour cet honneur ».
Finalistes
: Axium inc., Proceco Ltée.
Entreprise exportatrice
Muraflex inc.
Muraflex inc.
En 1937, lors de son ouverture, le cinéma
Beaubien apporta du même coup un
souffle de vie dans le quartier. En 2014,
ayant traversé les tempêtes, la salle de
quartier continue toujours d’émerveiller
et d’offrir à ses quelques 250 000 visi-
teurs annuels des instants d’évasion
grâce à une programmation aussi diver-
sifiée que passionnante qui met en
valeur le cinéma québécois, français et
les films d’auteurs.
Malgré les péripéties vécues au début des
années 2000, le Cinéma Beaubien est aujour-
d’hui une véritable institution dont la réputa-
tion n’est plus à faire. Parfait exemple d’adap-
tation, basé sur un modèle d’économie socia-
le, il brille aujourd’hui de tous ses feux en
proposant une expérience différente. Pas de
superproductions américaines, pas ou peu de
films à gros budgets… Ce qui motive Mario
Fortin, président-directeur général et son
équipe, c’est l’amour de l’art et l’envie de
partager cette passion avec son public.
Le prix Orchidée Coup de Cœur reçu par le
Cinéma Beaubien est donc tout à fait justifié
et a suscité chez Mario Fortin et toute son
équipe une fierté inattendue. « Je suis la
Chambre de Commerce de l’Est de Montréal
depuis quelques temps déjà en ayant malheu-
reusement peu de temps pour m’y impliquer
d’avantage et je sais à quel point les Prix
ESTim représentent un moment fort de la vie
économique de la communauté de l’Est.
Jamais je n’aurais imaginé recevoir cette sta-
tuette. Ma surprise fut grande, tout autant
que ma joie. Nous travaillons fort tout au
long de l’année sans forcément penser qu’un
jour nous serons honorés de cette manière et
cela augmente d’autant plus notre fierté »,
confie Mario Fortin.
Le milieu des salles de cinéma indépendantes
est un univers dans lequel tout le monde se
connaît et dans lequel règne avant tout la
passion. Si l’on qualifie le Cinéma Beaubien
comme une salle de quartier, sa réputation
dépasse de loin celles de la métropole et
même de la province. « Bien sûr, nous devons
respecter une réalité économique pour sur-
vivre et pérenniser notre entreprise, mais la
salle disparaitrait si elle ne possédait pas son
âme. Nous sommes le lien entre le public et
les artistes que nous présentons. Notre
récompense, c’est la joie du public et sa
fidélité. Le travail fourni par toute l’équipe
permet au Cinéma Beaubien d’avoir une per-
sonnalité bien à lui et nous constatons tous
les jours que le public qui vient nous rendre
visite a un sentiment d’appartenance qui
nous rend fiers ».
Passionné,Mario Fortin l’est et il est d’ailleurs
reconnu comme l’une des grandes figures de
la diffusion cinématographique. La semaine
dernière, il était à Cannes pour le festival de
renommée internationale et il en revient
avec une passion plus marquée encore : « La
récompense obtenue par Xavier Dolan
montre que le cinéma québécois a un bel
avenir et il nous permet d’offrir des œuvres
de qualité ». On retiendra une petite anec-
dote qui démontre le rayonnement du
Cinéma Beaubien : « À l’aéroport de Nice,
alors que je rentrais de Cannes, un inconnu
m’a tapé sur l’épaule. Il m’avait reconnu. C’est
une expérience étonnante ! ».
La statuette va trôner dans une niche spécia-
lement fabriquée pour l’occasion et Mario
Fortin tient à saluer le public : « Ce prix, c’est
aussi celui de nos visiteurs. Il appartient à
tous les amoureux du 7
ème
Art ».
Prix Orchidée - Coup de Cœur
Cinéma Beaubien
Cinéma Beaubien
5349-4
ième
Avenue, Montréal H1Y 2V4
Tél.: 514 525-4386 Téléc.: 514 525-5018
1...,14,15,16,17,18,19,20,21,22,23 25,26,27,28,29,30,31,32
Powered by FlippingBook