Edition des gens d'affaires - page 5

5
L’Édition des gens d’affaires | Septembre 2014
Élu à la présidence de l’Association des
Industriels d’Anjou en 2002, Jacques
Laflèche est une véritable figure de la com-
munauté industrielle de l’arrondissement
et, par extension, de l’Est de la métropole.
Il faut dire que Jacques a rejoint les rangs
de l’Association en tant que membre en
1999, cequi représente15ans d’investisse-
ment sans interruption.
Malgré la durée, le président de l’AIA affiche
encore une motivation à toute épreuve : « Je suis
un peu la mémoire du parc industriel, mais je
veux encore être son avenir pour quelques
années. En 40 ans, un travail formidable a été
effectué par mes prédécesseurs et je prends
mon rôle au sérieux pour que nous ne perdions
pas nos acquis et que l’AIA soit tournée vers
l’avenir avec toujours de nouveaux défis à
renouveler », nous confie Jacques Laflèche.
Le président Jacques Laflèche a participé à de
nombreux développements de l’AIA depuis la
fin des années 90. « L’Association a reçu l’appui
inconditionnel du Maire Luis Miranda, dès son
entrée en fonction. Les Regroupements ISO
Anjou se sont concrétisé et grâce au support
financier de la Société québécoise de dévelop-
pement de la main-d’œuvre, du Ministère de
l’Industrie, du Commerce et de la Technologie,
du Bureau fédéral de développement régional
et à l’implication de l’Association, près de 50
entreprises acquièrent l’accréditation ISO
9000.». En 2000, l’Association lance, en parte-
nariat avec le Groupe AST, une Mutuelle de
prévention en santé et sécurité au travail per-
mettant aux membres participants, d’améliorer
la sécurité dans leur entreprise, et ainsi, de
réduire considérablement leurs cotisations à la
CSST.
Unmandat riche en événements
En 2001, avec l’aide financière d’Emploi
Québec, l’Association mandate la firme
Gescom de procéder à une étude exhaustive des
besoins des Industriels d’Anjou afin de l’orien-
ter dans l’organisation de ses activités futures.
En 2003, l’Association établit des partenariats
au profit de ses membres prévoyant des rabais
intéressants au Centre de Congrès Renaissance,
pour l’organisation d’activités corporatives,
chez NovaVision, pour des services télécoms,
chez Aserpro, pour les assurances d’entreprises
et chez Rona Anjou. Avec le support financier
d’Emploi Québec, les administrateurs se prê-
tent à une étude de positionnement où la mis-
sion, la vision, la clientèle et les produits de
l’Association sont redéfinis. Dans la foulée,
l’Association réalise un vaste sondage et des
groupes de discussions sur les attentes des
entrepreneurs, afin de toujours mieux répondre
à leurs besoins. L’Association est également
invitée à devenir le chapitre industriel de la
Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Est
de l’Île de Montréal. Après de nombreuses dis-
cussions, l’Association, qui est également solli-
citée par le Maire Luis Miranda, pour devenir le
partenaire privilégié du Centre local de déve-
loppement d’Anjou, décide de demeurer dans
son état du moment. Désormais, mandataire
du CLD d’Anjou, l’Association organise les
activités destinées aux entreprises d’Anjou.
En juin 2005, après avoir réalisé une vaste
consultation, l’Association dépose un Mémoire
au BAPE, afin de défendre les intérêts des entre-
prises pour qui, la construction d’un pont dans
le prolongement de l’Autoroute 25 est une
nécessité. Au printemps 2006, l’Association met
sur pied, en partenariat avec Athena Energy, un
regroupement d’achat de gaz naturel permet-
tant aux entreprises adhérentes de réaliser des
économies substantielles sur leur coût d’éner-
gie. Elle s’implique également dans l’organisa-
tion d’activités dans le cadre du 50e anniversai-
re d’Anjou.
Une évolution constante
« Au départ, l’AIA était un peu à l’image d’une
table familiale. Nous nous réunissions pour les
grandes décisions ou en cas d’événement.
Aujourd’hui, l’AIA est active tout au long de
l’année. Nos membres ainsi que le CA sont très
impliqués et nous avons conscience que nous
représentons une force décisionnelle dont les
actions porteront sur les prochaines décennies.
Nous sommes investis d’une mission impor-
tante et les dépositaires de l’héritage qui fera de
la communauté industrielle du second parc en
importance sur l’île une réussite ou pas ».
Jacques Laflèche lors du lancement du SERIC en juillet 2012.
Association des Industriels d’Anjou – 40 ans
Jacques Laflèche : 15 ans de dévouement
1,2,3,4 6,7,8,9,10,11,12,13,14,15,...16
Powered by FlippingBook