L'Edition - Mai 2015 - page 7

7
L’Édition des gens d’affaires | Mai 2015
"#&# * " & +
. '- *( / 0
(',*1 % +,
Chimie ParaChem s.e.c., à titre de producteur de paraxylène, est un
maillon important de la chaîne du polyester dans l’est de Montréal.
NOTRE MISSION :
Produire, de manière e'cace et sécuritaire
et en tout respect de l’environnement, des
produits asphaltiques de qualité générant
de la valeur ajoutée pour notre clientèle.
Opérer dans un esprit d’excellence et mettre
à pro(t nos forces pour o&rir un service
supérieur à nos clients et assurer notre
croissance.
BITUMAR INC.
11 155, Ste-Catherine Est,
Montréal-Est (Québec) H1B 0A4
Téléphone : (514) 645-4561
Télécopieur : (514) 645-6978
L'ASSOCIATION INDUSTRIELLE DE L'EST DE MONTRÉAL
MISE SUR L’ÉCOLOGIE INDUSTRIELLE
La dynamisation des activités économiques
de l'Est de Montréal passe par le renforce-
ment de l'écologie industrielle. Telle est la
vision
exprimée
aujourd'hui
par
l'Association industrielle de l'Est de
Montréal (AIEM), qui s'inscrit dans le cadre
d'une démarche globale de consolidation
des acquis industriels selon les principes de
développement durable. Cette vision s'ap-
puie notamment sur les résultats d'une
étude réalisée par l'École Polytechnique de
Montréal en 2013-2014, qui démontre
l'existence de nombreuses synergies indus-
trielles potentielles.
Une étude portant sur le futur
stratégique industriel de l'Est
de Montréal
Développée à partir d'expertises complé-
mentaires en génie des procédés et en génie
industriel, l'étude menée par des chercheurs
de l'École Polytechnique en collaboration
avec le Centre de transfert technologique en
écologie industrielle (CTTEI) du CÉGEP de
Sorel-Tracy, a permis l'analyse de soixante
procédés industriels novateurs utilisés à tra-
vers le monde. Ainsi, il a été possible d'éta-
blir leurs synergies, en plus d'identifier les
créneaux les plus porteurs et leur potentiel
d'intégration au sein d'un réseau d'échange
de produits et de sous-produits déjà fabri-
qués dans la région. « Cette analyse détaillée
est le fruit, entre autres, de la précieuse col-
laboration des membres de l'AIEM à l'im-
portante collecte de données sur les procé-
dés de fabrication, les intrants nécessaires et
les extrants produits par leurs activités
industrielles », mentionne André Brunelle,
président de l'AIEM. Bien que les détails
techniques demeurent confidentiels, un
sommaire de l'étude sera rendu public d'ici
la fin du mois d'avril sur le site Internet de
l'AIEM afin de donner un aperçu de la
vision de développement de l'Est de
Montréal.
Plusieurs partenaires du développement
économique et des milieux gouvernemen-
taux ont regroupé leur expertise au sein
d'un Comité mis en place par l'AIEM pour
coordonner la production de l'étude et
développer collectivement la vision éco-
industrielle pour l'Est de Montréal. Ce
Comité réunit le ministère de l'Économie,
de l'Innovation et des Exportations (MEIE),
la Ville de Montréal, le Port de Montréal, la
Société de développement économique
Rivière-des-Prairies - Pointe-aux-Trembles
- Montréal-Est (SODEC RDP - PAT - ME),
la Ville de Montréal-Est, l'arrondisse-
ment de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-
Trembles, la Chambre de Commerce de l'Est
de Montréal (CCEM), ainsi que Montréal
International. «En tant que ville industriel-
le, nous devons nous mobiliser autour d'un
projet durable si on souhaite jouer le rôle de
moteur économique pour l'Est de Montréal
», a indiqué M. Robert Coutu, maire de
Montréal-Est. « Soutenir l'essor de notre
région en tant que zone de premier plan en
écologie industrielle au Québec fait partie
de nos engagements. La concrétisation de
cette vision occupe une place importante
dans notre planification stratégique du
développement économique adoptée
récemment», a déclaré Mme Chantal
Rouleau, mairesse de l'arrondissement de
Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.
L'écologie industrielle
« L'écologie industrielle permet de gérer
l'utilisation d'énergies, de matières et de
capitaux de manière à optimiser l'exploita-
tion des ressources et d'en minimiser l'im-
pact sur l'environnement. Notre démarche
vise à renforcer l'ensemble du tissu indus-
triel actuel de l'Est de Montréal ainsi qu'à
favoriser une transition vers un développe-
ment plus durable », a indiqué M. Dimitri
Tsingakis, directeur général de l'AIEM. «
Dans un contexte où l'arrimage du dévelop-
pement avec l'environnement est un enjeu
majeur pour la société, l'écologie industriel-
le constitue une approche idéale pour maxi-
miser l'essor économique de la région, tout
en répondant à des défis plus globaux », a-t-
il ajouté. Soulignons d'ailleurs que plusieurs
initiatives découlant de cette approche éco-
industrielle sont proposées, tel que le projet
Inv'Est de la SODEC RDP - PAT - ME, qui
vise à appliquer le concept d'écologie indus-
trielle au service des PME.
De plus, l'écologie industrielle permet de
mieux orienter les efforts d'attraction de
sociétés étrangères, et constitue un argu-
ment de localisation pour les entreprises
d'ici ou d'ailleurs au pays. « L'Est de
Montréal possède plusieurs atouts distinc-
tifs susceptibles d'attirer de nouvelles entre-
prises novatrices et ainsi développer le terri-
toire de manière plus durable. La nature
symbiotique qui existe entre certaines
entreprises déjà établies sur le territoire peut
constituer un facteur de localisation impor-
tant, notamment dans l'industrie de la chi-
mie et la pétrochimie, qui se retrouve au
cœur de nombreuses symbioses indus-
trielles dans le monde », a souligné André
Hubert de Montréal International.
journaledition.com
1,2,3,4,5,6 8,9,10,11,12
Powered by FlippingBook